La production viticole Bio en France

Image

Les surfaces de vigne bio et les ventes de vin bio sur le marché français sont en forte hausse, tandis que les conversions à la viticulture bio ne faiblissent pas.

Tel est le constat qu’a dressé l’Agence Bio, lors d’une conférence de presse sur l’état de la filière du vin bio le 25 septembre. La superficie du vignoble français cultivé en bio a dépassé les 94 000 hectares en 2018, soit une hausse de plus de 20 % par rapport à 2017. Le chiffre d’affaires sur le marché intérieur a atteint 1 052 M€ l’an dernier (dont 435 en vente directe), contre 958 M€ en 2017 et 189 en 2005. Les conversions en vigne bio devraient se poursuivre, selon Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio, parce que les agriculteurs en conventionnel voient que la demande de produits de l’agriculture bio est soutenue et que les contraintes d’usage des pesticides (impasses techniques dues au retrait de phytos, zones de non traitement) sont plus gérables en viticulture biologique.

Plus de 94 000 hectares (près de 12% de la surface agricole utile – SAU) sont désormais consacrés à la production biologique du vin dans notre pays, soit une progression de plus de 20% en un an. Des chiffres encourageants qui permettent à la France de s’imposer dans le « Top 3 » des pays producteurs de vins bio dans le monde, après l’Espagne et l’Italie. Face à l’engouement pour le vin bio, le secteur se mobilise pour répondre aux attentes des consommateurs. Ainsi, en 2018, les surfaces en conversion ont augmenté de 63%, du jamais vu !

Les régions du pourtour méditerranéen, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Occitanie, ainsi que la Nouvelle Aquitaine s’imposent comme les « fers de lance » de ce mouvement. Mentions spéciales pour la Vendée et les Bouches-du Rhône dont la part de surface viticole en bio dépasse les 30% de la SAU.

Communiqué de presse - Paris, le 25 septembre 2019

lien vers l'article complet